La minute : Sssssssssss

1 / 7

Je suis arrivée sous le soleil, les filles finissaient de se préparer, elles étaient en costume, maquillées, belles encore plus que d’habitude. Alors j’ai eu envie de commencer par attraper leurs pieds, leurs mains, des petits bouts. Article La minute : le début.

Puis, comme tout s’y prêtait, j’ai cherché ailleurs, j’ai essayé de voir autrement, me bousculer un peu. J’ai voulu voir la différence entre le mouvement et l’immobilité, sur le même corps, ou bien un être immobile à côté d’un danseur dansant. Le flou est moins poétique avec un numérique qu’un argentique, mais l’idée est là. Des bouts de membres, voire des personnages entiers qui quittent la réalité, s’évaporent, s’évanouissent, diparaissent. Article La minute : disparitions.

En rentrant et en regardant mes photos j’ai reçu comme une énorme surprise, une émotion que j’aime tant, un cadeau que peut nous faire la photographie : à force de chercher le mouvement, et des bribes de corps, les photographies m’offraient, alors que je ne m’y attendais pas, des images très sensuelles, très féminines, enfin je trouve. Ces photos me parlent, me racontent des histoires. Article La minute : Sssssssss

Comme les filles et Serge m’ont joliment émue j’ai décidé de vous présenter ces images désaturées, avec des couleurs à la fois chaudes et froides, pour peut-être  appuyer toute l’ambiguité de ces atmosphères, entre féérique, irréel et songe. J’aimerai je pense les digérer encore et en faire autre chose dans quelques temps, mais la gymnastique du blog, et la rapidité (relative) avec laquelle j’ai voulu faire ces articles ne me permettent pas d’aller jusqu’où j’aimerai. Pour l’instant.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *