Top

Modele slider Blog

De temps à autre sur un coup de tête, l’envie me prend d’aller visiter la tombe de mon père, enterré en Champagne. Une journée pour moi, un recueillement et une communion nécessaires. Lors de ma dernière virée, j’ai voulu également chercher les sépultures de mes grands parents et la tante que j’aimais. Voir le lieu de leur repos éternel. Trouver des pistes d’images, broder autour, pour remplacer les enterrements auxquels je n’étais pas. Le tour des cimetières, les différentes atmosphères, comme vous vous en doutez, m’ont bien nourrie et revigorée (j’ai une grande affection pour ces endroits : http://www.mariebienaime.fr/traces-deambulations-dans-les-cimetieres/). Spontanément, je suis allée dans le village de l’enfance de ma mère, à la recherche des vestiges des histoires racontées par ma grand-mère maternelle, les bribes entendues de la bouche de ma mère. J’ai vu le lavoir, lieu de rencontres et d’échanges, l’ancienne filature, abandonnée et inaccessible, dans laquelle ma grand-mère avait commencé à travailler vers 10-12 ans d’après mon souvenir, l’école communale, si importante dans la vie de ma mère et ayant eu tant d’impact par conséquence sur ma propre histoire, l’église, par le trou de la serrure cet autel devant lequel tous allaient prier le dimanche. J’ai vu beaucoup de maisons au bord de l’eau, et là en revanche mon imagination était libre, laquelle avait-elle abritée les histoires familiales ? A condition toutefois que celle habitée par mes aïeux soit toujours debout. Qui aujourd’hui pourrait se souvenir et me raconter tout, me montrer le poulailler dans lequel ma grand mère et mon grand père furent trouver par les allemands en fuite ? Je sens le passé qui s’éloigne, et ressens le besoin de le reconstruire. Premières pistes.

Pas de commentaire

Sorry, the comment form is closed at this time.

error: