Top

La fin du monde (ou pas)

La fin du monde (ou pas)

Mode d’emploi

Lorsque nous avons décidé, Marie et moi, d’entamer un projet ensemble, photos et textes, nous avons voulu nous fixer un certain nombre de contraintes de travail. Faute de quoi, nous serions partis dans tous les sens, ce qui, vous en conviendrez, n’est jamais bon. Les gens devaient y comprendre quelque chose.

Tout d’abord, le thème. A l’époque, j’avais commencé de m’intéresser à la « fin du monde 2012 » dont tout le monde parlait. On avait déjà peur. L’idée serait donc une sorte de décompte fatal allant de janvier à décembre 2012. Puisque nous allions tous disparaître, autant essayer de laisser une dernière trace.

Ok. Marie accepta le concept. A condition de nous en éloigner le plus possible. Thème prétexte pour mieux en rire. Notre ultime année ne devait certainement pas être consacrée à l’inquiétude ou au désespoir. Comment traiter la morne prédiction des chamans mayas visuellement et littérairement ?

Le 1er de chaque mois, alternativement, l’un de nous deux, a envoyé à l’autre un texte ou une photo qui ont servi de base de travail. Les textes devaient tous faire 12 lignes, les photographies étaient au format paysage, non recadrées et presque brutes. L’autre répondait obligatoirement avant le 12 du mois en cours. Et ainsi de suite jusqu’en décembre. Le 1/1/12, c’est moi qui ai commencé.

Jean-Christophe Pagès

error: